Le 18 Brumaire ou Comment terminer une révolution

À propos

Dès son déclenchement, on a su que la Révolution française se terminerait par un coup d'État. Avec l'installation du Directoire, à la fin de 1795, l'évidence s'impose. Restent à trouver la circonstance favorable, et surtout l'exécutant, le sabre qui permettra aux politiciens et aux idéologues de restaurer l'État sur des fondements durables. Des noms de généraux circulent : Pichegru, Moreau, Joubert... Mais aucun ne parvient à faire l'affaire. En octobre 1799, Napoléon Bonaparte, de retour d'Égypte, arrive à Paris. L'ancien chef victorieux de l'armée d'Italie est immensément populaire, et tout autant ambitieux. Il se laisse solliciter par les adversaires de la Constitution et du régime, Talleyrand, Cambacérès, Fouché et, pour finir, le cerveau de la conspiration, Sieyès. Le 18 brumaire an VIII, - 9 novembre 1799 -, l'opération est lancée. Trois des cinq directeurs démissionnent, dont Sieyès, et les Conseils législatifs - Anciens et Cinq-Cents - sont transférés à Saint-Cloud. Mais, le lendemain, les Conseils refusent de s'autodissoudre et la maladresse de Bonaparte, nouveau commandant militaire de Paris, menace de tout faire capoter. Il est sauvé par la présence d'esprit de son frère Lucien, et par les grenadiers de Murat, qui dispersent les députés récalcitrants. Le dernier mot restant aux militaires, c'est le général qui tire tout le profit de l'opération. Le soir du 19 brumaire, Bonaparte est le premier des trois consuls provisoires de la République, devant Sieyès et Roger Ducos, qui seront bientôt écartés. Les autres vainqueurs sont Talleyrand et Fouché, qui solderont tous les deux, en 1815, les comptes de la Révolution. Brumaire est ainsi la porte, plus dramatique que glorieuse, par laquelle Napoléon atteint au pouvoir, et la France entre avec lui dans la modernité. Jean Tulard, professeur à la Sorbonne et membre de l'Institut, est la figure de proue des études napoléoniennes. Outre son célèbre Dictionnaire Napoléon, il a publié récemment les biographies de Fouché et de Murat.

Règles du prêt

  • Durée de la licence :

    3650 Jours

  • Nombre de prêts :

    30 (0.47 € par prêt)

  • Prêt(s) simultané(s) :

    30

  • Durée maximale d'un prêt :

    59 Jours

Streaming

  • Type d'accès :

    In-Situ

  • Nombre d'utilisateurs simultanés :

    9999

Protection

  • Type de protection :

    DRM Adobe ASCM

  • Nombre de périphériques :

    6

  • Copier/Coller :

    Interdit

  • Impression :

    Interdit

savoir_plus

Vous êtes l´auteur ou l´ayant droit de ce livre ? Informez-vous auprès du diffuseur FeniXX en cliquant ici

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Epoque contemporaine (depuis 1799)

  • EAN

    9782262060336

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    180 Pages

  • Poids

    1 136 Ko

  • Distributeur

    FeniXX

  • Support principal

    ebook (ePub)

Jean Tulard

Membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, Jean Tulard a présenté Nous étions à Austerlitz : 2 décembre 1805, ainsi que La Petite Fiancée de Napoléon : souvenirs de Betsy Balcombe (Tallandier). Il a également publié chez Tallandier : Napoléon et la Noblesse d'Empire, et Napoléon au jour le jour.ÿSes derniers ouvrages Napoléon, chef de guerre et Napoléon et 40 millions de sujets (Tallandier), ont connu un grand succès.

empty